Philosophie
Second semestre 2017-2018

 

 

 

Raymond JahaeÉpistémologie

Raymond JAHAE
mardi 15h10 – 17h10 (4 crédits européens)

L’épistémologie est la théorie philosophique de la connaissance. Elle parcourt l’histoire de la philosophie : de l’Antiquité (Platon, Aristote) par le Moyen Âge (Thomas d’Aquin) aux temps modernes (Hume, Kant) et à l’époque contemporaine (Popper). Un tournant décisif dans cette histoire est l’arrivée des sciences modernes de la nature au XVIIe siècle. On donnera une attention particulière aux sciences et à leur rapport à la connaissance ordinaire, au savoir philosophique et au savoir théologique.

 

Philosophie sociale


mercredi matin (4 crédits européens)

Ce cours introduit à la réflexion sur l’homme vivant en société. Plusieurs aspects fondamentaux seront abordés, notamment, le politique, l’économique et le culturel, ainsi que leurs relations. Le parcours se fera en référence à l’histoire et à l’actualité en recourant à des auteurs différents selon les disciplines. On veillera à articuler cette réflexion philosophique à l’éthique et à la théologie.

 

 

Jean-François StoffelHistoire de la philosophie : époque contemporaine (compléments)

Jean-François STOFFEL
à partir du 2/05/2018 : mercredi 15h40 – 17h40 (4 crédits européens)

Après l’intermède brillant des Idéalistes allemands et le scientisme du XIXe siècle, qui conduit finalement à une remise en question de la portée cognitive des pensées scientifique et philosophique, la réflexion philosophique connaîtra encore d’étonnants lendemains, avec des figures telles que Husserl, Heidegger, Levinas et Ricœur.

 

Lecture de textes philosophiques

 

Paul FavrauxHans Urs von Balthasar, La gloire et la Croix, IV. Le domaine de la métaphysique

Paul FAVRAUX
mardi 10h15 – 11h45 (3 crédits européens)

On parcourra quelques chapitres des volumes * « Les fondations », ** « Les constructions » *** « Les héritages », pour voir si et comment la philosophie, venant après la poésie et la tragédie, laisse ou non une place à une métaphysique qui puisse recueillir le thème de la Gloire de Dieu. Ce parcours philosophique constitue en même temps une sorte de théologie fondamentale.

 

Saint Augustin, De mendacio et Contra mendacium

N.
vendredi 10h15 – 11h45 (3 crédits européens)

Le mensonge est une offense à la vérité ; à ce titre, il est intrinsèquement mauvais. Mais qu’est-ce que mentir ? Ment-on à un ennemi en temps de guerre ? à un enfant que l’on veut éduquer ? à une personne que l’on veut éviter de voir souffrir ? Comment interpréter les «pieux mensonges» des Saintes Écritures ? Saint Augustin affronte cette question décisive débattue entre philosophes ; son rejet vigoureux du mensonge va jouer un rôle structurant dans l’histoire de la pensée occidentale.